Tél. 02 96 79 22 32

STOP aux actions anti-élevage !

Cédric Henry (Président FD35) et Thierry Coué (Président FR Bretagne) face à une douzaine de L214

Intrusions dans les élevages, éleveurs insultés, animaux étouffés : l’Etat doit intervenir !

En une semaine, plusieurs éleveurs bretons ont subi des intrusions illégales (sans compter les autres intrusions en France), bafouant toutes notions de propriété privée, de biosécurité et de bien-être animal. Ces activistes, maintenant accompagnés de journalistes dans leurs actions illégales, se croient tout permis et vont jusqu’à insulter les éleveurs sur leur lieu de travail, créent la panique parmi les animaux, les mettent en danger d’un point de vue sanitaire et stigmatisent les éleveurs.

Les éleveurs sont à bout ! Mais, face à ce harcèlement incessant, à coup de buzz médiatiques et de messages faux, nous ne nous laisserons pas faire !

Les citoyens et consommateurs méritent une information réelle et non biaisée.

Mobilisation du réseau pour la défense de tous les modes de production pour tous les marchés.

Les éleveurs méritent respect pour ce qu’ils font pour les citoyens : mettre à disposition localement des produits en quantité suffisante et de qualité excellente, fournir une alimentation variée, répondre à toutes les demandes – du conventionnel au label. Ils respectent des normes élevées dans tous les domaines : sanitaire, environnemental, bien-être animal et social. La qualité des produits français est la plus grande au monde. Le maintien d’une production française est donc essentiel.

Ces mêmes éleveurs se sont engagés, en plus de cette réglementation stricte dans des plans de filières, pour encore améliorer le bien-être de leurs animaux. Il faut leur laisser le temps de mettre en œuvre leurs engagements. Et cette mise en œuvre doit respecter les demandes des marchés.

Le ciblage de Avril par L214 est très symbolique de cette situation : L214 vise ce groupe parce qu’il n’obéit pas au doigt et à l’œil à leur volonté visant à interdire les œufs en cage. La réalité aujourd’hui est qu’interdire les œufs en cage en France reviendrait à en importer. Et oui, il y a une forte demande pour ces œufs et c’est pour cela que leur production doit être maintenue. Alors, produire plus d’œufs alternatifs (plein air et bio), oui ; mais, renoncer à produire du conventionnel, non !